Cosa Nostra ou Società onorata

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cosa Nostra ou Società onorata

Message  Admin le Dim 30 Nov - 16:41

Cosa Nostra ou Società onorata


Références :

• Cosa Nostra : L’histoire de la Mafia Sicilienne de 1860 à nos Jours John Dickie
• MAFIAS : l’industrie de la Peur Jacques de Saint Victor
• The Godfather (I,II,III) Francis Ford Coppola
• Cent Jours à Palerme Giuseppe Ferrara
• Histoire de la Mafia des origines à nos jours Salvatore Lupo
• Gomorra Roberto Saviano
• Mafia S.A : Les secrets du crime organisé William Reymond


Cosa Nostra
Si le terme de Mafia est aujourd’hui couramment pour parler de toute organisation criminelle, ce terme fut d’abord utilisé pour désigner les organisations de Sicile du Nord (Cosa Nostra) et de Campanie (Camorra) puis pour les trois autres organisations criminelles Italiennes (Stidda-Sud Sicile- N’Dranghetta-Calabre- et Sacra Corona Unita -Pouilles-).L’origine du terme est encore floue. Les historiens hésitent entre le rejet de la présence Française en Sicile dans les années 1200 qui signifierait Morte Ai Francesi Italia Anela (“L’Italie aspire a la mort des Français”), et l’arabe “mu’afak” qui signifierait un égo et une fierté démesurés. Depuis l’épopée unificatrice de Garibaldi dans les années 1870 la Cosa Nostra semble avoir tissé des liens de plus en plus solides avec le pouvoir politique Italien. Si Cosa Nostra s’est exportée aux Etats-Unis et notamment à New York au début des années 1900 cette étude se limitera à l’organisation Sicilienne, dans un souci de clarté. Quels liens entre Cosa Nostra et pouvoir politique ? Si lors de son émergence la Cosa Nostra infiltra prudemment la vie politique (I), les années fascistes et la volonté de certains hommes la décimèrent sans pour autant la vaincre (II).

I/ L’émergence de l’honorable société et son infiltration dans la vie politique Italienne des années 1870.

Cosa Nostra n’est pas l’organisation dont les liens politiques sont les plus vieux, la Camorra établit tôt des liens avec la Police Napolitaine qui cherche à maintenir l’ordre durant les troubles survenus lors de la conquête du Royaume Napolitain par Garibaldi, mais elle est celle dont les liens politiques sont les plus forts.

A/ Genèse de La Mafia Sicilienne.

Cosa Nostra s’est d’abord développée dans le Nord Ouest de l’ile riche en plantations. C’est en effet dans la région la plus riche et la plus capitaliste de l’ile que ce sont développés les activités de la Mafia : la protection de territoire, le racket (pizzo du sicilien pizzu : le bec). D’abord organisée en familles indépendantes (la cosca), la Mafia s’est vite dotée d’un organe dirigeant : la Coupole. La Mafia repose sur un code d’honneur qui impose entre autre la loi du silence (Omerta : « C’est ainsi que je mourrais, s’il m’arrive de trahir le secret de la Cosa Nostra, je brulerais comme le feu de l’enfer si ma langue parle comme Judas »), c’est ce qui explique la difficile connaissance du fonctionnement interne de l’organisation (esquissé grâce aux témoignages des repentis « pentiti »).
L’épopée de Garibaldi renforce le pouvoir des cosca. En effet l’autorité en Sicile, débordée par les troubles fait vite appel à ces familles pour assurer la sécurité et les grands propriétaires apeurés font appel à eux pour la protection de leur domaine : c’est le début du règne de la Mafia !

B/ La prise de conscience de la puissance et de l’influence Mafieuse.

Le mot de Mafia fut d’abord employé par l’élite intellectuelle Italienne pour désigner le caractère rustique et chevaleresque des paysans Siciliens cette définition du mot est illustrée par l’opéra « Il Cavalleria Rusticana » de Pietro Mascagni (qui sert de bande Originale au film « The Godfather III » de F Ford Coppola.) et qui met en scène des paysans Sicilien dans leur vie de tous les jours entre honneur et vengeance. Le mot commença à prendre une connotation criminelle en 1863 avec la pièce « I Mafiusi di la Vicaria » qui met en scène un gang de détenus dont les coutumes sont proches d’un rite d’initiation.

Victime d’une tentative d’assassinat le Baron Turrisi Colonna publie en 1864 : « La Sécurité publique en Sicile » et parle d’une secte de criminelle. Puis en 1900, le préfet de police de Palerme : Ermanno Sangiorgi adresse un rapport aux magistrats instructeurs du procès Notarbartolo (ancien directeur de la banque de Sicile assassiné en 1893 par la Mafia) dans lequel il détaille minutieusement l’organisation de la mafia sicilienne : c’est la prise de conscience de l’existence d’une Mafia organisée, puissante, intégrée politiquement via des personnalités corrompues.
La Mafia, dépendante du système politique au pouvoir à par ailleurs soutenu le gouvernement et les grands propriétaires dans leur lutte contre les fasci (groupe paysans Marxistes). Notamment contre le fascio de Corleone, le mieux organisé et le plus influent (après l’échec de son infiltration et la décision de son leader B.Verro de quitter la Mafia dans laquelle il était entré pour avoir une protection).Cette lutte est illustrée par l’assassinat de B.Verro en 1915 par la Cosa Nostra.

II/ Les tentatives ratés d’élimination de la Mafia, sa résurgence moderne :

A/ Les tentatives de suppression de la Mafia Sicilienne :

Les années fascistes furent propices aux premières tentatives d’élimination : répression, état fort… C’est dans ce but que Mussolini nomme en 1924 Cesare Mori préfet de Trapani. Cet homme d’origine non Sicilienne mais connaissant bien la Sicile mettra en place une politique dure visant à éliminer la Mafia (occupation policière de Gangi notamment en 1926).Après des résultats probants il est rappelé en 1929. La dureté de ses méthodes le feront rester dans l’histoire comme « le préfet de fer » ou encore « l’homme au cœur Poilu ». C’est sous son « règne » que la Mafia subira son plus fort revers.
Connu pour l’élucidation du meurtre d’Aldo Moro (assassiné en 1978), le général Dalla Chiesa est nommé en 1982 à Palerme pour éliminer la Mafia, assassiné Cent jours après son investiture sa lutte sera sans conséquences pour la Mafia (voir : « Cent jours a Palerme »).
Juge anti-mafia et instigateur du « Maxi Procès » le Juge Falcone est assassiné en 1992 par la Mafia pour avoir voulu créer une Cellule Anti-mafia. Son investigation repose entre autre sur le témoignage du pentiti T.Buscetta.

B/ Le pouvoir de Cosa Nostra de nos jours :

Restructuré par B.Provenzano ,« capo di tutti capi » (parrain), arrêté le 11 avril 2006, Cosa Nostra continue ses activités criminelles tournées vers le racket, le trafic de narcotiques, l’escroquerie, le trafic d’arme … (la prostitution et le trafic d’êtres humains étant interdit par le code d’honneur de Cosa Nostra contrairement à celui de la Camorra Napolitaine.).Cosa Nostra s’implante dans le monde et crée des « filiales » ou encore favorise l’émergence de Mafia « alliées » (c’est le cas de la Stidda ou encore de la N’Dranghetta fondée dans les années 1960). La volonté affichée par B.Provenzano de faire « oublier » Cosa Nostra passe notamment par la fin des « attentats spectacles » contre des magistrats ou policiers, la fin des guerres de gangs et l’interdiction formelle de tuer des non mafieux. Mais son arrestation fait craindre une nouvelle guerre mafieuse pour sa succession entre les Palermitains et les Corléonnais.
La force des mafias a longtemps résidée dans le caractère « légendaire » de celles-ci et par le scepticisme quand à leur existence mais avec l’assassinat de Falcone elles ont démontrées leur réalité. La mise en place en 1992 d’une Direction Nationale Anti-mafia (DNA) peut laisser espérer une fin rapide pour celle-ci. Mais la corruption généralisée en Italie et la puissance économique des Mafias (leur chiffre d’affaire est estimé entre 3 et 5% du PIB Italien) peuvent contredire cette idée.
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 171
Date d'inscription : 07/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://prepa-sciencepo.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum