Benazir Bhutto, jusqu’au bout du destin, De Eric Raynaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Benazir Bhutto, jusqu’au bout du destin, De Eric Raynaud

Message  Admin le Mer 3 Déc - 17:30

Benazir Bhutto, jusqu’au bout du destin

De Eric Raynaud.
Aux éditions Alphée Jean-Paul Bertrand, 2008



 Cet ouvrage appartient au registre biographique. L’auteur retrace le parcours de Benazir Bhutto, de sa naissance en 1953, à son assassinat en décembre 2007. Il s’appuie sur des faits historiques, sur la biographie officielle de Benazir Bhutto ainsi que sur ses propres enquêtes de journaliste.

 Ce livre évoque le prix à payer pour la liberté et la démocratie au Pakistan, à travers la vie de Benazir Bhutto. Dans un contexte historique très compliqué, qu’est celui de la guerre froide, l’auteur retrace le parcours politique d’une femme mais aussi celui de tout un pays et de tout un peuple. L’auteur établit alors une critique explicite des différents régimes dictatoriaux qui ont touché le Pakistan, et dénonce le comportement de certains pays occidentaux.

 Plan de l’ouvrage

 Un destin tout tracé

L’auteur évoque l’enfance et l’adolescence de Benazir Bhutto. Il parle alors beaucoup de son père, Ali Bhutto. Après la décolonisation de l’Inde en 1947, on assiste à la partition, le Pakistan où domine la religion islamique prend son indépendance. Ali Bhutto, de retour de ses études en Europe ; commence alors une grande carrière politique.
Ali partage tout avec sa fille Benazir, exemple : il lui écrit une longue lettre de retour du sommet des non alignés à Djakarta à propos des intérêts des grandes puissances du monde à l’ONU, ce qui correspond à l’abandon des pays du tiers-monde ; cela prouve bien la volonté d’Ali Bhutto de former aussi bien intellectuellement que politiquement sa fille. Pour ses études, ce sera, de brillantes écoles au Pakistan, puis Harvard et Oxford.
Pendant ce temps, elle suivra les actions de son père, la création du PPP (Parti pour le Peuple Pakistanais), ainsi que les différentes épreuves que lui infligeront les dirigeants pakistanais, exemple : à tout juste 18 ans elle assiste avec son père au conseil de sécurité de l’ONU à New York en 1971, afin de discuter de l’invasion du Pakistan par les forces armées indiennes.
Plus à l’aise dans le domaine de la diplomatie, le destin de Benazir Bhutto est cependant tout tracé, elle fera de la politique et sera au service de son pays.

 La naissance d’une héroïne

Au Pakistan, la situation se dégrade. Ali Bhutto nomme Zia Ul-Haq chef d’état major interarmées du Pakistan. Ce sera sans doute sa plus grosse erreur. Commence alors une gigantesque campagne de diffamation à l’encontre d’Ali Bhutto. Benazir, qui suit cela depuis Oxford, la vit très mal.
Puis, le terrible coup d’état de l’armée pakistanaise en 1977 conduit par le Général Zia renverse le gouvernement Bhutto. S’en suit une longue période d’arrestations, de mois de prison, de tortures et d’exils pour la famille Bhutto. Mais le peuple est avec eux, les manifestations se multiplient, et à chaque déplacement d’un des membres de la famille Bhutto, des milliers de personnes se réunissent, rendant à Zia la tache difficile. Malgré ses emprisonnements, Benazir n’en démord pas, elle continue de lutter pour son père.
Zia n’a qu’un seul objectif, rayer la dynastie des Bhutto de la politique. Pour cela il commence par s’acharner sur Ali Bhutto et le fait condamner à mort. Quant à Benazir, la torture psychologique qui lui infligée affaiblit de plus en plus, non pas son moral ou sa détermination, mais son corps, exemple : dans sa prison, chaque fois que la femme de ménage passe, la gardien lui répète « n’oubliez pas le flacon elle pourrait vouloir mettre fin à ses jours », et immanquablement à chaque fois la femme de ménage oublie son flacon…son suicide arrangerait bien Zia et ses sympathisants.
Condamné à mort, Ali Bhutto est alors exécuté. Mais le sort s’acharne sur la dynastie des Bhutto, et c’est le plus jeune frère de Benazir Shah, 27 ans qui meurt. Il se serait « soi-disant » empoisonné.
On mesure alors la volonté et la détermination hors norme de Benazir. Après tant de souffrances elle continue de se battre pour son père, ses convictions et pour son pays.


 Benazir « l’incomparable »

« L’Incomparable », traduction littérale de son prénom se révèle adaptée au personnage. Condamnée à l’exil en Angleterre, Benazir Bhutto continue son combat.
Le Pakistan, après plus de huit ans de dictature, va mal, va très mal. Les trafics en tout genre se développent, la drogue, les armes et surtout un marché noir de plus en plus présent.
De retour au Pakistan, Benazir est plus que jamais déterminée. Elle entame alors une immense campagne avec le PPP afin de rallier le peuple Pakistanais à sa cause. Chose facile si l’on en croit les nombreux manifestants qui l’attendent à chacun de ses déplacements, mais c’était sans compter sur Zia. Pourtant, en 1987, la stratégie politique et pacifique prônée par Benazir porte ses fruits. Zia en est réduit à organiser des élections.
Dans sa famille, Benazir est la dernière des filles Bhutto à ne pas être mariée. Le 29 juillet 1987 c’est chose faite. Elle épouse Asif Zardari, riche héritier du Sind. C’est le mariage du siècle du le sous-continent asiatique.
Dans l’année 1988, Benazir éprouve une autre immense joie, elle est enceinte. Le bébé naît à l’automne 1988. Il est nommé Bilawal qui signifie « sans égal ». L’été, Zia est tué dans le crash d’un avion. C’est une nouvelle énorme. Le peuple pakistanais hurle sa joie.
Les élections arrivent enfin et c’est une victoire écrasante de Benazir Bhutto et du PPP. Elle est alors nommée premier ministre à 35 ans et devient le plus jeune premier ministre de la planète et la première femme du monde musulman à diriger une nation.
Elle ne le restera pas longtemps, le gouvernement de Nawaz Sharif s’installe à sa place. On entend alors le nom d’Oussama Ben Laden circuler. L’argent distribué par les Etats-Unis au général Zia pour lutter contre les soviétique sert maintenant de carburant pour les camps d’entraînement intégristes comme Al-Quaïda. Lors de l’arrestation d’un terroriste, en 1995, candidat à l’assassinat de Benazir Bhutto, elle découvre des plans qui la sidère, » Il s’agit de détourner des avions de lignes américaines et de les lancer contre des gratte ciels ! » . Il s’agit donc bien des plans pour l’attentat du 11 septembre. Ces plans ont alors été fourni aux Etats-Unis près de six ans avant !
Poussée à l’exil par Pervez Musharraf, Benazir Bhutto est assassinée à son retour au Pakistan le 27 décembre 2007.

 Dans son ouvrage, Eric Raynaud évoque beaucoup l’aspect humain de Benazir. On apprend énormément sur ce qu’elle a pu ressentir et comment elle voyait les choses.
On peut cependant déplorer l’absence (pas assez nombreux) de détails historiques. Peut être aurait-il fallu clarifier encore mieux la situation historique, économique et politique des grandes puissances à cette époque afin de pouvoir mieux analyser tous les évènements.

 Ce livre, très bien écrit, m’a permis de vraiment connaître la femme et le personnage politique qu’était Benazir Bhutto et de mieux comprendre la réputation de femme extraordinaire qu’elle a pu avoir. Par ailleurs il montre aussi les coulisses de la politique américaine pendant la guerre froide, et permet une analyse plus objective des actes terroristes qui ont pu frapper les Etats-Unis.
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 171
Date d'inscription : 07/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://prepa-sciencepo.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum