Chapitre 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 7

Message  Charly le Sam 13 Sep - 19:45

Chap 7 : Le monde Urbain

· De 1800 à 1900, le nombre de villes de 100 000 habitants passe de 23 à 135 !pour une part de la population qui passe de 2% à 15% !
· Avec la croissance urbaine, les liens avec la campagne se distendent, la ville crée son propre mode de vie et à terme le rapport s’inversera…avant la ville dépendait de la campagne, le rapport était favorable à la campagne…fin XIXè la ville attire, son modèle fait rêver les paysans qui y voient un el dorado où on a un travail fixe et rémunéré et où la vie est plus facile.
· La révolution des transports aide à la croissance urbaine dans la mesure où elle permet d’approvisionner plus vite et en plus grande quantité les villes.
· L’exode rural entraîne aussi la croissance des villes :l’utilisation de machines diminue la main d’œuvre nécessaire à la campagne tandis que la même raison augmente le nombre de travailleurs requis en ville du fait du rattachement des usines et ateliers aux pôles urbains. Rattachement dû à la révolution des transports qui permet le transport des matières première du point d’extraction jusqu’à l’usine.
· Le tertiaire draine aussi un nombre croissant de travailleurs, que ce soit dans le commerce, la banque ou les fonctionnaires de tous types.
· Au XIXè, avec la croissance urbaine, toutes les grandes villes se séparent de leurs remparts. On les détruits et on transforme leur tracé en grands axes de communication : les boulevards. Seule exception : Paris, qui elle se construit encore une autre muraille, certes assez large pour laisser la ville grandir, cependant elle va à l’inverse de la « mode » de l’époque.
· A l’intérieur des villes, on note la division spatiale entre les riches et les pauvres due essentiellement aux prix des loyers :avec cette croissance urbaine, le terrain vien vite à manquer pour agrandir la ville…les prix explosent et les pauvres sont obligés de s’entasser dans des quartiers sordidesè encore un point de séparation entre le patron et ses ouvriers.
· Surtout dans la dernière partie du XIXè (1900_1914) l’Etat se met à intervenir en faveur des pauvres : rénovations d’immeuble, appartement à faible loyers, facilitation du crédit pour accéder à la propriété. On lance aussi des travaux d’urbanisation : ère Haussmann…même s’il avait des idées de maintien de l’ordre derrière la tête, force est de constater que la ville « Hausmmaniene » est très fonctionnelle !
· Une autre nécessité se fait sentir : amélioration des moyens de transports : la marche devient vite inutile dans des villes en pleine croissance…la modernité technique permet donc le développement de transport en commun comme le métro ou le tramway.
· Nécessité également de réseaux modernes en eau, électricité et évacuation des déchets...
· Les villes ont longtemps été le berceau d’épidémies comme le choléra, avec les progrès sanitaire, les épidémies reculent et l’espérance de vie finit par dépasser celle de la campagne.
· Enfin, les grandes villes sont aussi le lieu de « résidence » des institutions politiques…le risque de révolte est donc immédiat et menace plus rapidement le pouvoir que lorsque le pouvoir était extérieur à la capitaleè politique de travaux ou formation de fonctionnaires spéciaux : les polices !En parallèle, la mise en place du suffrage universel diminue le risque de révolte puisque le gouvernement est issu des urnes !è les révoltes post SU en France (commune et journées de Juin) écrasée, pas transformées en Révolution.

Charly
Camarade marxiste
Camarade marxiste

Messages : 89
Date d'inscription : 13/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum