De la grande alliance à la guerre froide (1945-1953) :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la grande alliance à la guerre froide (1945-1953) :

Message  Admin le Mer 8 Avr - 16:24

De la grande alliance à la guerre froide (1945-1953) :


I) La fin de la guerre : entre alliance et compromis (avril-décembre 1945) :


1) Le monde réuni à San Francisco (avril-juin 1945) :


A) Genève et naissance de l’ONU :
Il est impossible de ressusciter la SDN, morte politiquement avec la guerre. Il faut donner une nouvelle forme à cet organisme international dont on trouve les bases dans la chartre de l’Atlantique. En 1944, l’essentiel de la structure de l’ONU est pensée à la conférence de Dumbarton Oaks (21/08/1944). D’avril à juin 1945, le projet est finalisé à San Francisco.

B) Les membres fondateurs :
51 Etats, les Etats européens n’ont pas une place prédominante, on en compte 13. Les puissances de l’axe de sont pas admises ainsi que leurs anciens alliés. Sept Etats du Moyen-Orient intègrent l’ONU. Le continent américain est le mieux représenté avec 20 Etats + le Canada et les EU.
Il s’agit de préserver la paix, sauvegarder les droits de l’homme, faire respecter le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et la non-ingérence. L’ONU veut promouvoir la coopération entre les Etats.

C) La galaxie onusienne, la structure :
Les institutions clef :
- Le conseil de sécurité qui peut voter des résolutions qui valent obligation pour les Etats membres. On y trouve 5 membres permanant et 6 (puis 10 à partir de 1966).
- L’assemblée générale élit un secrétaire général qui représente l’ONU.
- On y trouve aussi divers organes supplémentaires (UNICEF, UNESCO…)
Les Etats se réfèrent à la déclaration universelle des droits de l’homme adoptée le 10 décembre 1948 à Paris.

2) Le compromis de Potsdam (17/07  02/08 1945) :

A) Après la fin de la guerre en Europe : premières crispations :
Roosevelt est mort enter Yalta et Postdam. L’URSS est en position de force, la guerre n’est pas finie en Asie. Les relations commencent à se dégrader entre alliés. La libération des différentes terres par l’armée rouge ne semble pas débouchée sur des élections libres. Staline est mécontent de l’arrêt des prêts-bails. Déjà Churchill, en s’adressant à Truman, parle du rideau de fer.

B) La conférence de Postdam :
La France n’est toujours pas invitée. Elle est en mauvais terme avec les alliés. Les essais atomiques fonctionnent aux Etats-Unis avant Postdam. Churchill est remplacé par Attlee. LA question des frontières occidentales de la Pologne se pose. Les réparations allemandes vont à 50% pour l’URSS et à 50% pour l’Europe. Quel est le statut de l’Italie ? Staline refuse de reconnaitre le gouvernement italien.
Quels résultats ? Un traité de paix sera vite signé et suivi d’une intégration de l’Italie à l’ONU. L’Allemagne est démilitarisée et dénazifiée. Les alliés exigent la reddition du Japon, inconditionnelle, sans quoi, il sera détruit intégralement. Quatre jours après la fin de Postdam, une arme nucléaire explose à Hiroshima. L’URSS rentre en guerre le 8 aout contre le Japon. Le 2 septembre 1945, la reddition est signée dans la baie de Tokyo.

3) Les objectifs américains et soviétiques :

Sans ennemi commun, les alliés vont se diviser : Staline veut assurer la sécurité de l’URSS. Il veut le glacis entre l’Allemagne et l’URSS mais les pays situés entre ces deux pays n’aiment pas les soviétiques. Et les prosoviétiques sont dans les pays qui ne peuvent intéresser Staline. Deuxièmement, Staline doit reconstruire l’URSS : les montants sont colossaux, il veut faire payer l’Allemagne. Il revient sur la décision de complètement diviser l’Allemagne. Staline exige le + possible et revient dessus en cas de fermeté des alliés.
Truman est conscient que la sécurité des EU ne se joue pas que sur leur territoire. Selon lui, la paix et la prospérité vont ensemble. Les EU prônent un renouveau de la démocratie libérale.
L’opposition entre le libéralisme et le communisme est sous-jacente mais reste au 2ème plan. Les crispations vont grandir à la conférence de Londres en septembre 1945 (réunion des ministres des affaires étrangères). A la conférence de Moscou en décembre 1945, se sont dessinées les influences en Europe : l’URSS est influente à l’EST, en Extrême-Orient et en Italie.

II) De la méfiance (1946) à la rupture (1947) :

1) Le revirement des EU :


L’arrivée de Truman contribuera au durcissement des relations. Le ministre des affaires étrangères des USA agit seul en acceptant des compromis avec l’URSS qui augmente son influence un peu partout. Truman se méfie de Staline. Le télégramme de Kennan (chargé d’affaire à l’ambassade de Moscou) du 20 février 1946 n’arrange rien. Il attire l’attention de Truman sur la volonté d’extension de Staline. Churchill, le 5 mars 1946, fait son discours de Fulton et parle du « rideau de fer ».

2) Les dernières collaborations de l’alliance :

Le 10 février 1947, date des derniers traités de paix qui règlent la question de la Hongrie, Bulgarie, Roumanie, Finlande et Italie. La dénazification a lieu au procès de Nuremberg. Comment gérer les réparations ? L’URSS fait démonter les usines d’Europe de l’EST et les emmènent sur son territoire (autorisé par les alliés) mais ils prélèvent également la production courante, ce qui n’était pas prévu. Les alliés sanctionnent par le biais des réparations.
Le RU et les EU sont en faveur d’une unification économique de l’Allemagne. La zone occupée par les soviétiques a subit moins de destructions que l’Ouest. Pour Staline, toute unification est une menace. Le dernier point de friction concerne la mise en place de l’ONU. Les EU soutiennent l’Iran. L’URSS demande le départ de Grèce des troupes britanniques. Pour la première fois, le veto va être utilisé.

3) La crise iranienne de 1946 :

Les troupes soviétiques ne retirent pas leurs troupes alors que le RU les retire. Les EU demandent des explications. Finalement, l’URSS recule. L’enjeu de l’Iran est faible.

4) Vers la rupture :

La pression communiste augmente. Le rapport de force est de plus en plus compliqué. En Grèce, a lieu une guerre civile entre les communistes et les pro-occidentaux. L’URSS exerce une pression croissante sur la Turquie pour obtenir le contrôle des détroits. Staline soutient les guérillas communistes un peu partout. Les accords de Yalta sont violés avec l’absence d’élections libres en Pologne.
Les alliés sont de plus en plus en désaccord sur l’aspect que doit prendre le nouvel ordre mondial. On parle de démocraties des deux côtés, sans le même contenu. A partir de 1947, l’hostilité n’est plus cachée et les blocs vont se considérer comme des adversaires.

Admin
Admin
Admin

Messages : 171
Date d'inscription : 07/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://prepa-sciencepo.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la grande alliance à la guerre froide (1945-1953) :

Message  Admin le Mer 8 Avr - 16:24

III) La guerre froide en Europe : une Europe bipolaire (1947-1950) :

Guerre froide : Cette expression apparait pour la première fois dans les écrits du Juan Manuel d’Espagne lors d’un conflit avec les Maures. IL entendait par là un conflit qui n’a pas commencée par une déclaration de guerre et qui ne devrait pas prendre fin avec un traité de paix. Puis il est utilisé par Baruch, conseillé de Roosevelt puis popularisé par Lippmann.
 Conflit multiforme et d’intensité variable dressant l’un contre l’autre deux blocs visant l’extension maximale de leur influence et l’endiguement voire le refoulement de leur adversaire : c’est la guerre froide.
L’opposition des idéologies rend la paix impossible, la recherche de l’endiguement est le 2ème moteur. L’horizon nucléaire freine le conflit. « Paix impossible, guerre improbable ». Chacun tente de diaboliser l’autre. Au sens strict, la guerre froide dure de 1947 à 1953. Au sens larde, de 1947 à 1991 et certains auteurs comme A. Fontaine élargissent de 1917 à 1991 (dans la guerre froide).

1) La rupture est/ouest et la formation des blocs :

A) L’offensive du plan Marshall :
Le processus démocratique en Pologne et la crise d’Iran éveillent les tensions. A l’initiative du plan Marshall (1947-1948) de Truman provoque une crise plus grave. Marshall est le nouveau secrétaire d’Etat. Truman crée le poste de secrétaire à la défense et en même temps la CIA (central inteligence agency) et le conseil national de sécurité. Dans un discours en 1947, Truman évoque la containment. Il fait voter au congrès une aide à la Turquie et la Grèce, avant le plan Marshall. Ce qui est nouveau : le président des EU affirme que l’URSS est une menace.
Les relations entre les alliés se dégradent fortement. Pour Marshall, il faut agir rapidement en Europe. Plus l’Europe met du temps à se reconstruire, plus le mécontentement social gronde, plus cela fait le jeu de l’URSS. Un plan d’aide financière vient donc éviter la satellisation de l’Europe par l’URSS. Treize milliards de dollars le 3 avril 1948 (25% pour la GB et 21% pour la France, 11% pour l’Italie). Le 16 avril, L’OECE est créée (puis devient en 1961 l’OCDE).
C’est la première expérience d’intégration et de coopération économique entre les pays de l’Ouest. La première expérience, lien financier, émergence de conditions politiques, sociales qui permettent que des institutions libérales apparaissent. Très vite, les questions de sécurité prennent le dessus. Les communistes quittent le gouvernement en France en et Italie. L’URSS refuse toute aide.

B) Rapide riposte soviétique : satellisation de l’Europe de l’Est :
Staline voit dans le plan Marshall l’impérialisme américain. Il veut éviter l’encerclement de l’URSS. Il demande aux pays d’Europe centrale et de l’Est de refuse aussi. La Tchécoslovaquie doit même faire marche arrière.
L’URSS riposte avec la doctrine Jdanov qui divise le monde en 2 blocs. Le bloc soviétique est lié par un lien idéologique (alors qu’en occident le lien est économique uniquement). Le Kominform remplace le Kominterm le 22 septembre 1947. Les institutions qui se mettent en place manifeste la rupture symbolisée par le rideau de fer. L’échec de la conférence de Londres qui devait décider du sort de l’Allemagne consume la rupture. Dès lors, il n’y a plus de réunion des chefs d’Etat entre les 2 grandes puissances.

C) Le premier coup de Prague (Tchécoslovaquie 1948) :
Jusqu’en 1948, le gouvernement est d’union national. Le président Benes est libéral, le chef du gouvernement est communiste, Gottwald. Dans la rue, les communistes déclenchent des émeutes à Prague. Ils demandent un nouveau gouvernement. Les ministres libéraux démissionnent. Gottwald va faire appel aux milices populaires. Le 25 février 1948, Benes cède et constitue un gouvernement communiste. Seul le ministre des affaires étrangères est libéral : Masaryk, il meurt rapidement.
Le président démissionne, Gottwald le remplace. La Tchécoslovaquie était le seul pays à avoir connu la démocratie entre 2 guerres. Les démocraties occidentales ressentent avec trouble le coup de Prague.

2) Berlin et l’impossible question allemande : 2ème crise :

Les alliés fusionnent leurs 3 zones d’occupation début 1948 et unissent le pays économiquement et politiquement. Staline, dès le 31 mai 1948 met en place un blocus sur les trains principalement sur Berlin Ouest. En juin, le 22, le deutschemark est créé à l’Est. A partir du 24 juin, le blocus est intégral sur Berlin Ouest. Un pont aérien est mis en place 275 000 vols, 2 millions et demi de tonnes de marchandises sont transportés. Les couloirs avaient été définis par les traités. Staline doit défaire le blocus le 12 mai 1949. En septembre 1949, est créées la RFA (mise en place des lois fondamentales) et la RFA en octobre. En RFA, Adenauer est chancelier.

3) Durcissement et structuration des blocs :

A) Dans le bloc atlantique :

Un traité est signé par la France et la GB le 4 mars 1947 : le traité d’alliance de Dunkerque, contre l’Allemagne. La France et la GB proposent à d’autres pays d’entrer : le Benelux entre au pacte de Bruxelles le 17 mars. C’est la naissance de l’UO (union occidentale), cette alliance est dirigée contre tout agresseur.
Les européens vont rapidement se tourner vers les EU. Le congrès vote la résolution Vandenberg le 11 juin 1948. C’est un tournant dans la politique américaine. Les EU peuvent adhérer à des pactes militaires hors du continent américain en temps de paix.
Le 4 avril 1949, l’OTAN est créée. Elle constitue une garantie mutuelle qui ne prévoit pas forcément une aide militaire en cas d’agression. En même temps, les Eu font pression pour que l’Allemagne puisse réarmer, la France se méfie. En 1952, la GB se dote de l’arme nucléaire. L’Europe a conscience de son intérêt d’unification. Le conseil de l’Europe est créé le 5 mai 1949. Ce conseil a des compétences élargies. Les pouvoirs réels qui lui sont confiés sont faibles. C’est une institution de coopération. Le 9 mai 1950 : plan Schuman. En 1951, création de la CECA qui constitue la première étape de l’intégration politique.

B) Dans le bloc soviétique :
Le stalinisme est à son apogée. Les démocraties populaires s’alignent sur le bloc soviétique. Staline met en place un monolithisme idéologique. La création du CAEM (conseil d’aide économique mutuelle) a pour but de faire s’aligner les démocraties populaires du point de vu économique et d’organiser la division du travail à l’intérieur de l’URSS.
L’URSS, en 1949, se dote de la bombe A et en 1953, la bombe H. On voit vite apparaitre des divergences dans le bloc puisque la Yougoslavie et Tito exprime son « non alignement ». Dès 1948, la Yougoslavie est exclue du Kominform. Tito est qualifié d’Hitlero-trotskysme. Il se rapproche alors des puissances occidentales. C’est la rupture de l’amitié russo-serbe.
L’affrontement, clair en Europe, va s’étendre à l’ensemble du monde.

IV) La guerre froide en Extrême-Orient :

1) Le contexte :


La création de la république populaire de Chine a lieu le 1er octobre 1949. Mao a mieux réussi à communiquer avec les masses que Chang Kai-Chek. Les EU vont tenter de réaliser une médiation entre les maoïstes et Chang Kai Check. Mais dès que les soviétiques évacuent la Mandchourie, la guerre civile reprend. Mao parvient à prendre la Mandchourie et malgré l’aide américaine, Chang Kai-Chek doit fuir sous la protection des Eu et crée la république de Chine. Mao crée alors la république populaire de Chine. Chang Kai-Chek garde le siège à l’ONU jusqu’en 1972. Le bloc communiste s’étend dans le monde, échec américain.

2) Les conflits armés :

• La guerre d’Indochine, à l’origine est une guerre de décolonisation. Ho Chi Min est le leader indépendantiste. Son gouvernement est reconnu en 1950 par l’URSS et la Chine. Les EU reviennent rapidement sur leur position. La France fait valoir que les autres pays asiatiques risquent de devenir communistes.
• La guerre de Corée : A Postdam, les chefs d’Etat ont décidé qu’au nord du 38ème parallèle, l’influence est communiste, au sud, américaine. Chacun de ses 2 Etats revendiquent la totalité du pays : ces deux partis sont autoritaires. Le 25 juin 1950, la Corée du nord prétexte une invasion du Sud et attaque. Staline soutient cette initiative. Truman fait voter à l’ONU (alors que l’URSS y pratique le siège vide) l’envoi de troupes en Corée du Sud. Ces troupes sont à 90% américaine. Mac Arthur parvient à franchir le 38ème parallèle. La contre-offensive de 800 000 « volontaires » chinois parvient presque jusqu’à Séoul. En 1951, Mac Arthur est révoqué pour avoir proposé l’utilisation de l’arme nucléaire. Finalement, le front va se stabiliser sur le 38ème parallèle. De cette crise, d’écoule la hausse de l’importance de la Chine comme puissance internationale, ceci alerte aussi Staline. Cette crise va aussi favoriser le réarmement allemand. Aucun traité de paix n’est signé entre les deux Corées.

3) L’extension des réseaux d’alliance :

L’URSS et la Corée du Nord se rapprochent, et un traité sino-soviétique d’alliance et d’assistance mutuelle est signé le 14 février 1950, à l’initiative de Mao. Les Eu veulent augmenter leur influence en Europe et en Asie. Les Japonais n’ont pas de très bonnes relations avec le reste de l’Asie. Les EU signent des pactes bilatéraux avec quelques pays d’Asie.
En Amérique latine est fondé l’OEA (l’organisation des Etats américains) en 1948, avec l’aide des EU. 21 Etats y participent, officiellement le but de cette organisation est de favoriser la paix.

V) Proche orient et guerre froide :

1) Le cas d'Israël hors du conflit Est-Ouest :


La création d’Israël semble ne pas rentrer dans les carcans de la guerre froide. La situation de la Palestine est due aux promesses anglaises aux arabes et aux juifs. Sur le terrain, se développent des mouvements sionistes entre deux-guerres. ON y compte 550 000 juifs et 1 200 000 arabes. Le rapport de force évolue au lendemain de la WW2. + 650 000 juifs en 1948. Ceci vient du fait de la culpabilité de l’occident avec le génocide et des conférences mondiales sionistes. Les extrémistes sionistes enveniment la situation. Pour les arabes, il n’y a pas de raison qu’ils payent pour les frais du génocide, ils protestent. La Grande-Bretagne a tenté entre deux-guerres de faire coexister les deux groupes. 1948 marque la fin du mandat des britanniques qui saisissent l’ONU qui met en place un plan de partage de la Palestine : Deux Etats indépendants et Jérusalem avec le statut de ville internationale. Les Etats arabes refusent ce plan. Les juifs refusent l’internationalisation de Jérusalem. Les violences augmentent  massacre du village de Deir-Yassine organisé par Irgoun, un groupe extrémiste. Ben Gourion proclame l’indépendance d’Israël le 14 mai 1948, le jour du retrait anglais. Les Eu et l’URSS reconnaissent ce nouvel Etat. Le lendemain commence la 1ère guerre israélo-arabe avec l’Egypte, la Syrie, la Transjordanie, l’Irak, le Liban. La guerre dure jusqu’en janvier 1949. L’ONU va tenter une médiation, Bernadot est assassiné par les sionistes. Aucune pais n’est signée, uniquement des armistices, sauf avec l’Irak.
L’Egypte va obtenir Gaza et la Transjordanie s’étend à l’ouest du Jourdain et devient la Jordanie. Jérusalem est partagée sur le terrain. L’ONU admet Israël comme 49ème Etat en 1949 et crée l’agence des nations unies pour les réfugiés de la Palestine.


Dernière édition par Admin le Lun 20 Avr - 13:57, édité 1 fois

Admin
Admin
Admin

Messages : 171
Date d'inscription : 07/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://prepa-sciencepo.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la grande alliance à la guerre froide (1945-1953) :

Message  Cyprien le Mar 14 Avr - 23:09

Pour le dernier titre, "le cas d'Israël hors du conflit Est-Ouest?" serait plus logique^^

Cyprien
Divine Suzanne
Divine Suzanne

Messages : 123
Date d'inscription : 10/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la grande alliance à la guerre froide (1945-1953) :

Message  Admin le Lun 20 Avr - 13:57

si tu veux ouai, t'as quoi sur ton cours toi ?

Admin
Admin
Admin

Messages : 171
Date d'inscription : 07/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://prepa-sciencepo.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la grande alliance à la guerre froide (1945-1953) :

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum