Les systèmes bismarckiens

Aller en bas

Les systèmes bismarckiens

Message  Admin le Ven 26 Sep - 15:44

Système bismarckien après les années 70 :

Par peur d’une coalition contre son pays, désormais première puissance continentale et deuxième puissance mondiale, Bismarck décide après la guerre 1870 de se lancer dans un jeu d’alliance complexe. Il espère isoler la France et maintenir un équilibre qui permettra à l’Allemagne de ne pas à avoir à combattre sur plusieurs fronts en cas de conflit. Bismarck, pense pendant toute cette période que la colonisation n’est pas une voie pour l’Allemagne qui n’entreprend alors que très peu d’expédition lointaine.

Bismarck parvient à former des alliances surprenantes mais toutefois fragiles :

En effet, la principale difficulté vient des Balkans que souhaite contrôler à la fois la Russie et l’Autriche-Hongrie.

1er système bismarckien :
En 1873 à Une convention entre l’Allemagne et la Russie débouche sur un accord défensif entre les deux puissances.

La même année, Bismarck parvient à faire signer à l’Autriche-Hongrie et à la Russie un accord qui assurera la concertation des deux pays en cas de conflit. Cet accord a donc débouché sur la « entente des trois empereurs » ou « contre assurance ».

En 1874, l’Italie se joint à l’alliance.

Le motif principal qui a poussé ces pays à l’alliance est principalement la peur d’une guerre sur plusieurs fronts.

Deux crises mettent alors à l’épreuve ce système d’alliance :

Arrow 1873-1875 à La France a réussi à payer l’Allemagne bien plus rapidement que prévu. Bismarck doit alors retirer les troupes de France ; il craint la vitesse à laquelle la France parvient à se remettre du conflit. Lors du « Kulturkampf » (« choc culturel ») en Allemagne, le pays est divisé entre protestant (Prusse) et catholiques (Sud, ouest). La France utilise l’évènement pour critiquer politiquement l’Allemagne qui lance alors une rumeur de guerre.
La Russie et la Grande-Bretagne refusant de voir l’Allemagne attaquer la France (peur de la trop grande hégémonie du pays) critique les agissements de Bismarck qui se ravise.

Arrow 1875-1878 à Une révolte dans les Balkans pousse l’Empire Ottoman à intervenir en Bulgarie. La Russie décide donc de rentrer en guerre contre l’Empire Ottoman (solidarité des peuples slaves). En échange de la Bosnie-Herzégovine, l’Autriche accepte l’invasion russe. Alors qu’ils s’approchent de Constantinople, l’Autriche-Hongrie et l’Angleterre impose la signature d’un premier contrat qui, jugé trop au bénéfice des russes est révisé en 1878 au congrès de Berlin. La Bulgarie est alors coupée en deux.

Conséquence :

Des frustrations,
Échec diplomatique pour la Russie.
La Bosnie est désormais sous contrôle austro-hongrois.
La Bulgarie subit une scission (Bulgarie et Roumélie qui est retourné sous contrôle ottoman.)
La Serbie.
Bismarck voit alors la fragilité de son alliance qui ne peut plus tenir debout.

2ème système bismarckien :

Il choisit cette fois un allié préférentiel : l’Autriche-Hongrie. Une nouvelle alliance défensive est mise en place (la duplica). Bismarck souhaite par ce biais ramener la Russie dans l’alliance. Ainsi, en 1881, un nouveau traité des « trois empereurs » est signé, il est renouvelé en 1884 et 1887.
L’Autriche-Hongrie obtient le droit d’annexer entièrement la Bosnie-Herzégovine.
La Russie celui d’unifier la Bulgarie.
Un nouveau traité, en 1882, vient compléter les précédents : « La triple alliance » (triplice) signé entre l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie. Il existe un contentieux entre les deux pays à propos de l’Istrie et la Dalmatie.

En 1887, le système bismarckien est à l’apogée de sa complexité. Les accords méditerranéens étendent le champ de compétence des accords précédent et isolent la France plus que jamais.

Seul la Grande-Bretagne est restée en dehors du système d’alliance.

Dernière difficultés du système avant son effondrement :

En 1887, en Bulgarie, un nouveau souverain, favorable non plus aux russes mais aux austro-hongrois, prend le pouvoir. En réaction, les Russes refusent de renouveler le traité de contre assurance. Bismarck, en secret décide de proposer un traité de réassurance à la Russie. Malgré l’adhésion russe, l’alliance est de plus en plus fragile. En effet, plus aucune alliance ne lie directement la Russie et l’Autriche-Hongrie (décidément toujours en conflit).
De plus, l’Italie se doit de soutenir l’Allemagne seulement si elle se fait attaquer et non pas si elle attaque (ce qui va être le cas en 1914).
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 171
Date d'inscription : 07/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://prepa-sciencepo.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum