Chapitre 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 2

Message  Tom le Dim 14 Sep - 19:18

L’âge du libéralisme


Le mvt libéral est la première vague qui donne l’assaut à ce qui reste de l’Ancien Régime. Le mvt libéral sera marquant au XIX siècle (surtout 1815-1840), et ce ds la plupart des pays (Européens). Du reste on observe au XIX la formation d’internationale du libéralisme dont font partie les hommes qui combattent pour le libéralisme. Ces internationales sont les ancêtres des internationales ouvrières de la seconde moitié du XIX.

L’idéologie libérale

Le libéralisme est une philosophie politique sous tendue par l’idée de liberté (la liberté entraînant la légitimité d’une sté). C’est =t une philo sociale individualiste : l’individu passe av la raison d’Etat, les intérêts du groupe. Elle adopte =t le fait que l’histoire est écrite par les individus et non les forces collectives. Enfin c’est une philo de la cns et de la vérité (découverte de la vérité / la raison individuelle, opposition au joug de l’autorité). Le parlementarisme est la traduction de la confiance du libéralisme ds le dialogue. Le libéralisme rejette les dogmes imposés par les Eglises (il est anticlérical), affirme le relativisme, la vérité et la tolérance.
Le libéralisme se défie de l’Etat et du pw qu’il juge mauvais, son emploie pernicieux, et qu’il faut tenter de le réduire en appliquant le principe de séparation des pw (SDP), tout en conservant une certaine =T de ces mm pw, ce qui garanti l’individu contre l’absolutisme. A/ moyens de réduire le pw : décentralisation, non-intervention en matière éco et sociale. Enfin le libéralisme prône un Etat de droit. Le libéralisme atteint une importance idéologique considérable, impliquant parfois qu’on donne sa vie au nom de cette idée.

La sociologie du libéralisme

Le libé est =t l’expression d’un gr social, l’expression qui sert le mieux les intérêts d’une classe : la bgsie (svt commerçante). En effet, celle-ci désire garder le pw (qui n’appartiendrait alr pas à l’Etat ou à un monarque). La bgsie se réserve le pw pol par le cens, et contrôle l’accès à ttes les fonct° publiques et administratives. L’application du libé tend donc à maintenir l’inégalité sociale (ex : interdiction des associations avantage les patrons au détriment des ouvriers plus nb). Du reste, le libé a =t un aspect conservateur : ce pw de la bgsie ne sera pas donné au peuple (cf souveraineté nationale => opposition ac la démocratie).
Cpt, il ne faut pas résumer le libé à l’unique expression d’intérêt de la bgsie. En effet, l’adoption de cette idéologie peut s’être faite par conviction, voire générosité (cf mourir pr le libé).
Les 2 approches (idéo et sociologiques) concourent dc à définir l’originalité du libéralisme, ce mvt tour à tour révolutionnaire et conservateur, subversif et conformiste. Il apparaît dc que le libé se situe entre l’Ancien Régime et la Dmo intégrale

Les étapes de la marche du libéralisme

Le libé à transfo l’Eu par le biais de réformes (Ang, PB, pays scandinaves) mais surtout par le biais de mutations révolutionnaires encouragées / le courant romantique.
1820 : le libé prend la forme de conspirations mil (l’armée est un outil du libé) et d’insurrections libérales (en F., Esp., Port., à Naples, au Piémont et mm en Russie en 25) qui échouent.
1830 : vague révolutionnaire. En F., un régime libéral est instauré. La Belgique s’émancipe des PB et se dote d’une Const libérale (en 31). Les a/ révo échouent.
Cavour étant un libéral, c’est sous l’égide du libéralisme que l’unité italienne s’accomplira. En février 48, la monarchie piémontaise se libéralise qd Charles-Albert accorde un statut constitutionnel. A partir de 52, la vie pol piémontaise est dominée par l’union des différentes fractions de libéraux. Du reste la pol exercée de 52 à 59 est libérale. On note =t le triomphe du libé ds les Etats scandinaves, aux PB, en Suisse, mais pas en Esp (péninsule ibérique). En All, même si le libé triomphe ds +i Etats, l’Autriche veille à lim son expansion. De +, Bismarck oblige les libéraux à choisir entre unité de l’All et libéralisme, ce qui entraîne une scission et dc un affaiblissemt du mvt en All. En Autriche, un régime libéral est favorisé en 67 par la Constitution dont l’empereur pourvoie le pays. En Russie, un libéralisme modéré inspire les initiatives du tsar réformateur Alexandre II (ex : 1870 : les zemstvos, sortes de conseils généraux, se voient confier certaines responsabilités locales concernant, la voirie, l’assistance, les hôpitaux, l’instruction). Cpt le libé triomphe réellement en Russie en 1905 ac le parti constitutionnel démocrate. On rq que le libé se dvpe d’abord en Eu occi puis s’étend sur le reste de l’Eu., voire au-delà (ex : Inde).

Les résultats

Ds la plupart des pays, les progrès se mesurent à l’adoption d’institutions dont la réunion définit le régime libéral type. Ce régime se reconnaît à l’existence d’une const (soit octroyée par le souverain, soit votée par les rpsts de la nation ; F les 2 : la Charte octroyée par Louis XVIII en 14 puis révisée en 30 / la chbre des députés). Ces const ont pr raison d’être de lim le pw (sans remettre en cause la poss d’un pw monarchique : l’important est qu’il ne soit pas absolu). Le libé est en faveur du bicaméralisme. Au niveau de l’électorat, il n’adopte pas le suffrage universel, ms préfère la notion de l’électorat fonction selon laquelle le dt de vote n’est qu’une fonction, une sorte de service public, le dt de vote étant réservé à une minorité exclusive et sélectionnée (300F de cens min). Ainsi on observe que l’exclusion du suffrage n’est pas définitive. De plus, le libé est favorable à un syst décentralisé. A côté de cette orga des pws, le libéralisme revendique et instaure les principales libertés publiques qui garantissent l’individu contre l’autorité (lib d’opinion, d’expression, de réunion, de discussion …). Enfin, le libé tend à retirer aux Eglises leurs privilèges et à instaurer des droit entre la religion traditionnelle et les a/ confessions.
La sté libérale repose sur l’=T de droit : tous disposent des mm droits civils. Cpt cette =T n’exclue pas les différences des cond sociales, la disparité des fortunes, une répartition très in= de la culture (in=T de fait).
De plus, la sté libérale repose essentiellement sur l’argent et sur l’instruction. Il suffit d’avoir de l’argent pour pouvoir se déplacer changer de métier, de résidence, de région. La sté libérale, fondée sur l’argent, offre donc des possibilité de mobilité : celle des biens, ou des personnes ds l’espace comme sur l’échelle sociale. Cpt, ce concept est source d’inégalités encore plus grandes, ce qui explique qu’une partie de l’opinion conserve la nostalgie de l’ancienne sté.
L’instruction =t est source de libération ms aussi d’in=T. En effet, la sté offre des possibilités de promotions mais à un petit nb uniquement. (Thiers et Laffitte / ex doivent leur réussite à leur intelligence).

Tom
Travailleur chinois
Travailleur chinois

Messages : 8
Date d'inscription : 14/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum