Chapitre 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 3

Message  Tom le Dim 14 Sep - 19:20

L’ère de la démocratie


L’idée démocratique

Ds la 1ère moitié du XIXè siècle, la démocratie se def / opposition à l’Ancien Régime et + encore par négation ou dépassement du libé avec lequel la démocratie entretient des relations complexes. Elle semble prolonger le libé (reprise de l’idée des lib publiques des libéraux) ms reste en tous cas au XIXè en rupture ac ce mvt.
L’=t caractérise la Dmo qui refuse les distinctions, les discriminations, toutes les restrictions, mm temporaires. La Dmo revendique l’abolition du cens, et surtout le droit de vote pour tous et tout de suite (le suffrage universel étant comme une cond d’existence de la Dmo), et donc la souveraineté populaire.
La Dmo, c’est aussi les libertés, celles léguées par les libéraux, mais sans restriction relatives à l’argent ou l’instruction. Par l’application de ces libertés, ils veulent gommer les inégalités, ce qui est nécessaire pour pouvoir instaurer un régime purement démocratique.
Ms pour gommer ces in=T il faut que otut le monde ait le moyen d’exercer sa liberté : d’où deux mvts démocrates, l’un restant attaché par-dessus tout aux principes de la liberté, et l’autre donnant le pas aux conditions pratiques (qui permettent à tous d’exercer leur liberté) sur les principes.
La Dmo ne s’intéresse pas uniquement à l’égalité juridique et civile mais aussi à l’égalité sociale.

Démocratie et forces sociales

Les transfo les plus visibles qui affectent le XIXè, ses structures et ses rythmes relèvent de l’éco et tiennent à la révo indu, l’accroissement du pw de l’homme sur la matière, le machinisme et sn application à la production. Ces révo entraînent de nvles formes d’activités professionnelles, modif les cond du travail et engendre des types sociaux différents (un patronat économiquement puissant mais moins sur le plan pol dps l’avènement du suffrage univ, les ouvriers d’industrie venus des campagnes pour peupler les villes, etc). On note =t la divergence des destins des villes / rapport aux campagnes. En effet, la sté rurale est conservatrice et le suffrage des paysans va ds un premier tps renforcer celui des notables. La classe ouvrière mal intégrée ds la sté ne défendra pas non plus la Dmo ac ferveur ms se prononcera plutôt en faveur de l’anarchisme, et de l’anarcho-syndicalisme. Ainsi tout comme le libéralisme, la Dmo trouve son assise sociologique ds des gr issus de l’évo éco : la classe moyenne. La formation de cette classe résulte d’un certain nb de faits, techniques et éco, notamment l’évolution des transports qui fait naître des nvx corps professionnels comme les cheminots, ou l’industrie automobile. Pareillement, la découverte des possibilité que peut offrir le crédit entraîne la création de nbses banques et par csq de nb emplois.
Du reste ce n’est pas ds le seul domaine des crédits que se dvpe le secteur tertiaire : le dvpt concerne =t l’administration.
Enfin la diffusion de l’instruction concourt à façonner la classe moyenne, ainsi que le dvpt du journalisme et des moyens d’info. Cpt, le baccalauréat reste qd mm une barrière entre la bgsie et la classe moyenne. Ainsi on retrouve la mm distinction liée à l’act éco et l’instruction qu’ac le libé. Cpt peu à peu la paysannerie viendra renflouer les rangs de la Dmo.
De nv gr sociaux apparaissent donc mais sans remplacer les anciens, et les traits constitutifs de cette nvle sté sont la ville, l’indu, et le salariat.
La classe aristocratique reste tout de mm pste au sein de cette nvle sté, notamment en gardant un certain ascendant sur les paysans, en contrôlant toutes sortes d’institutions sociales, en détenant la plupart des gds commandements mil, ou en accaparant les ambassades. La classe aristocratique conserve donc un certain poids pol et utilise la démocratie à son avantage. En Ang, en Aut-H ou en All, la domination de cette classe est encore plus incontestable qu’en F.
La bgsie, née du libéralisme, tend à se rapprocher des aristocrates sous la pression des forces populaires.
Enfin, les couches populaires, composées du petit peuple, de la bgsie des classes moyennes, des ouvriers et des paysans, est assez peu homogène. Leur force réside ds leur nb. Du reste elles inquiètent fortement les classes dirigeantes, malgré leur manque de culture politique, ou d’instruction.

Les étapes de la marche des stés vers la Dmo sociale : les institutions et la vie politique

On observe peu de contacts entre l’Ancien Régime et la Dmo : ce n’est pas elle qui à renversé l’ordre en place. L’âge libéral agit comme une transition entre les 2. Du reste, la Dmo va bcp hérité de ce uqi avait été mis en place par le libéralisme (régimes constitutionnels ac leurs institutions rpstives, les Chambres élues, les lib publiques …). Ms la Dmo va encore progresser / rapport au libé.
L’établissement du suffrage univ s’est principalement fait par étapes. La 1ère exp a été faite aux USA ds les années 1820-1830. La plupart des Etats avaient leur const propre et la révisent ds un sens démocratique. Dps 1787 les USA étaient une sté libérale. Elle bascule réellement ds la Dmo en 1828 ac l’élection de Jackson. Ap les USA, la F. En 1848 en effet, l’un des 1ers actes du gvt provisoire, outre l’abolition de l’esclavage, est l’adoption du suffrage universel (masculin). A cette occasion le corps électoral passe de 250 000 à 9 500 000. Le droit de vote est refusé aux femmes sous la IIIè Rep car elles sont considérées commes dépendantes (de leur mari, père, ou mm de l’Eglise dont l’influence fait peur). En GB, la Dmo s’impose plus progressivement, ac des réformes (1832, 1867, 1884-85, 1918) qui élargissent petit à petit le cortège électoral. En All, la suffrage univ est contemporain de l’unité, à l’initiative de Bismarck qui diminue ainsi le pw des Etats (ce qui permet l’unité). Ce lien entre unité du pays et Dmo se retrouve en Suisse, aux USA, et en Italie. On accorde le droit de vote aux femmes un an ap l’Ang, soit en 1919. En Italie, la démarche est progressive ac des réformes en 1882, en 1912, puis en 1919 (rétablissement de ce qui avait été annulé pdt la guerre). Aux PB les dates importantes sont 1887 et 1896 ; en Belgique, c’est 1893 ; la Norvège en 1905 puis la Suède en 1909. Enfin, ds l’empire Austro-H, le suffrage uiv fait osn apparition en 1906.
Cpt, si le suffrage ets bine univ, on a svt voulut réduire la porté d’un vote global. Ainsi, en Belgique en 1893, suivant l’instruction ou les charges de famille, un vote peut être doublé voire triplé. En Prusse, l’électorat est réparti en classes et chaque classe compte pour le mm nb de voix. Aux USA, les pop° noires sont écartées de urnes. En Autriche, les nvx électeurs ne correspondent qu’à un collège de + qui a droit à une 100n d’élus.
Pour être pleinement démocratique, le vote doit aussi être pleinement libre : il exige qu’aucune pression ne s’exerce sur les électeurs, que la consultation soit sincère, le dépouillement honnête. Autant d’exigences que les législations codifient peu à peu.
Cpt, pour que la Dmo soit pleinement respecté, il faut que l’électorat puisse =t être éligible, d’ouù l’institution de l’indemnité parlementaire pour que tout un chacun puisse mener campagne et devenir Parlementaire ce qui impliquait le renoncement à son métier.
La Dmo a modifié les institutions qui existaient déjà dps l’âge libéral. Ainsi les rapports entre les 2 chambres évoluent et le collège électoral de la chbre hte s’élargie et les sièges inamovibles (qui étaient élus par l’Assemblée) y sont suppr. Outre les modifications du rapport entre les 2 chambres, on note une différente répartition des compétences (Ex : en Ang, le centre des décisions pol se déplace de la chbre de lords vers la chbre des communes, et les législatures sont passent de 7 à 5 ans ds la chbre des communes).
Les démocrates du XIXè optent pour une Dmo directe et autoritaire. L’autre alternative, parlementaire était moins préféré car le peuple souverain déléguait le pw a des rpsts.
On note l’apparition des partis pol ds leur conception moderne au cours de l’ère démocratique. Intermédiaires entre les individus et les institutions, ils sélectionnent les candidats, proposent des programmes, formulent des options et inscrivent les solutions techniques ds les perspectives d’ensemble et des philo globales. Ds la seconde moitié du XIXè on voit se former et grandir aux USA, en Ang et en F un peu plus tard les ancêtres de nos partis actuels. Alr qu’au dbt, il ne se formaient que pour une échéance à court terme (les élections), ils tendent à devenir permanents. (Ex : 1901 : congrès fédératif à Paris qui est à l’origine du parti républicain radical et radical-socialiste). Des partis de masses apparaissent au dbt du XXè (les 1ers étant les partis ouvriers) et s’internationalisent (socialisme).
Une instruction primaire généralisée apparaît vite aux fondateurs de la démocratie pol comme le prolongement naturel, une exigence logique du système. De mm, la diffusion de l’information, sa liberté d’expression, apparaissent comme nécessaires si l’on ne veut pas que la Dmo se réduise à un simple simulacre. Ainsi, la Dmo modifie non seulement la forme du régime, mais tend encore vers l’harmonisation des institutions pol et des institutions sociales.
L’instruction et l’information st les 2 cond indispensables à un fonctionnement régulier de la Dmo. Ainsi les démocrates désirent étendre la base de l’enseignement (notamment primaire). Les lois transformant l’éducation sont en F rattachées au nom de Jules Ferry (ministre de l’éduc presque continûment de 1879 à 1885). En Belgique de telles mesures furent adoptées en 78. En Italie en 77. En GB, de nb lois sont votées ds ce sens entre 70 et 90. Les démocrates désirent =t soustraire l’enseignement en voie de dvpt à l’influence des adversaires de la Dmo (comprendre : l’Eglise). Dans les pays non indé, l’école est liée à la défense de la personnalité pol et culturelle.
L’évolution de la presse est :
- Juridique : afin d’obtenir un statut moins restrictif et de vmt connaître la lib (en F loi de 1881 établie le nv régime de la presse).
- Technique (seconde moitié du XIXè) : cela permet de baisser les prix et de rendre la presse accessible à un lectorat de plus en plus important du fait d’une meilleure instruction.
- Sociologique : on rq que la courbe du tirage des journaux tend à se rapprocher du chiffre des électeurs.
La Dmo s’attache en outre à mieux répartir les charges mil et les charges fiscales (système de la conscription, cad de l’inscription de ts les cit en âge de porter les armes sur une liste, leur répartition par classe d’âge, et l’appel de ces classes par ordre, à concurrence des besoins). Cpt, seulement un fraction de la pop fait un service mil qui est en csq plutôt une exception que la règle. Le régime est donc plutôt in=, en csq de quoi le syst tend vers une abolition progressive de +i clauses (ex : poss de se fr remplacer si assez d’argent) et d’une réduction de la durée d’un service extrêmement long (allant jusqu’à 25 en Russie, 5,6 ou 7 ans en F) à 2 ou 3 ans. Alr toute la pop est concernée (bcp - de dispenses). Ces réformes entraînent de nb csq : au niv pol, le sentiment d’appartenance à la nation et donc la cohésion du peuple. Au niv social, le service mil peut être la voie d’une promotion sociale, et brise les particularismes régionaux en mettant des gens de toutes horizons en contact. Cpt , par l’affaire Dreyfus, on peut observer l’antagonisme entre les principes d’une vie pol démocratique et une armée qui continue d’être fondée sur l’obéissance, la discipline, la hiérarchie.
Au niv des charges fiscales, il s’agit de les étaler sur le + gd nb de cit en lé répartissant équitablement. En outre, l’Etat prenant à son compte des dépenses qui jusqu’alors incombaient à l’initiative privée (ex l’instruction ap 1880, le budget de paix armée), les dépenses globales de l’Etat ont augmentées tout au long du siècle ce qui impose des réformes du système. En F on lance l’idée de l’impôt sur le revenu, de mm qu’en Ang sous une forme un peu différente (impôt sur la fortune et le capital), mais l’idée se heurte à de très fortes résistances qui vont finalement disparaître du fait de la guerre. L’impôt sur le revenu sera adopté par le Parlement en 17. L’All, la Suisse, les PB ainsi que les USA reprennent également l’idée.
La Dmo observe une courbe ascendante entre 1848 et 1918 et + encore ap la victoire des alliés. La 2ème GM aura le mm effet. Cpt le socialisme reproche au courant démocratique de ne pas être assez… démocratique, ou plutôt de ne pas être assez concrète.

Tom
Travailleur chinois
Travailleur chinois

Messages : 8
Date d'inscription : 14/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum